Synergie de produits internes/externes destinés au traitement des verrues et sarcoïdes chez le cheval par ESC Laboratoire

Sarcoïde chez le cheval : définition et causes 

 

Les cavaliers parlent souvent de verrue pour désigner une zone dépilée, grisâtre, plate ou en relief et parfois en choux fleur sur la peau de leur cheval, il s’agit en réalité d’une tumeur cutanée. Il en existe 3 types chez le cheval : les papillomes, les sarcoïdes et les mélanomes.

La sarcoïde est la forme de tumeur cutanée la plus présente chez le cheval. Non douloureuse, elle est généralement bénigne mais peut être gênante voire handicapante selon où elle est placée sur le corps. Plus de 50% des sarcoïdes se situent sur les membres, 32% se retrouvent sur la tête et l’encolure tandis que le reste se localise préférentiellement sur le thorax, l’abdomen, les flancs et le prépuce. Elles peuvent être handicapantes au niveau de zones de frottements comme au passage de sangle ou dans des régions sensibles (autour des yeux, des lèvres…).

Il existe 5 types de sarcoïdes différenciables par leur localisation et leur aspect, la sarcoïde maligne étant très rare. Elles peuvent être uniques ou multiples mais ne gênent généralement pas le cheval. Lorsque vous identifiez une masse sur votre cheval, il est toujours important de bien la surveiller. En effet, outre l’aspect esthétique, si une masse ne grossit pas, elle n’est alors pas inquiétante. Lorsque cette dernière se met à croître subitement, il est nécessaire d’appeler le vétérinaire. Pour poser un diagnostic fiable et envisager le traitement le plus efficace, celui ci devra vérifier la composition du sarcoïde en effectuant une ponction ou l’enlever chirurgicalement afin d’identifier de quel type de sarcoïde il s’agit.

Les sarcoïdes du cheval se développent majoritairement à l’endroit d’une ancienne plaie, blessure, cicatrice voire piqûre d’insecte. Il semble qu’un facteur génétique allié à la présence du papillomavirus bovin favorisent leur apparition. Il se pourrait que la sarcoïde soit contagieuse si le cheval est porteur du gêne en question. 

Traitement 

 

Le traitement de la verrue dépend en grande partie de sa localisation sur le corps du cheval. Il n’est pas rare qu’elles apparaissent près du nez, des yeux ou du fourreau, ce qui rend leur traitement délicat. L’autre facteur à prendre en compte est le risque de récidive, plus ou moins élevé selon les types de sarcoïdes et le traitement utilisé.

L’opération chirurgicale permet d’enlever la tumeur sous anesthésie locale ou générale. Le prix de l’opération n’est pas très élevé et s’il est fait tôt, le retrait de la tumeur permet de limiter les récidives. Il est également possible de traiter la verrue par cryothérapie, chimiothérapie, électrothérapie, radiothérapie ou lasérothérapie. Votre vétérinaire est le mieux placé pour vous conseiller. 

Enfin, pour aider à la résorption des sarcoïdes, il existe différentes méthodes naturelles et des produits à base de plantes spécifiques, c’est le traitement proposé par ESC laboratoire. Ce traitement peut s’effectuer en parallèle des différents traitements médicamenteux cités précédemment, mais la phytothérapie est également très efficace seule pour les petits sarcoïdes peu gênants. 

En effet, en application cutané locale, vous pouvez utiliser notre produit Hippo verrues, un soin enrichi en huiles essentielles sélectionnées afin d’éliminer les verrues et sarcoïdes de l’épiderme équin en les asséchant. 

  • L’huile essentielle de Tea Tree contient de nombreux monoterpénols, des molécules à large spectre d’action qui neutralisent les bactéries et champignons
  • L’huile essentielle de géranium, riche en alcools monoterpéniques, en esters et en cétones  est une huile qui permet de lutter contre les bactéries et champignons
  • L’huile essentielle de thym, dermocaustique, assainit l’épiderme grâce à la présence du thymol et peut se montrer très efficace en cas de problème de peau

 

De plus, dans la prise en charge des sarcoïdes, la phytothérapie a surtout un rôle dans la stimulation de l’immunité afin que le cheval puisse lutter contre les cellules cancéreuses. Ainsi, l’utilisation en parallèle de compléments alimentaires adaptés permettra de soutenir le système immunitaire de votre cheval pendant la durée du traitement.

 

Pour cela, on peut utiliser :

En plantes pures :  

  • L’échinacée ou Echinacea angustifolia qui est une plante de la famille des astéracées originaire d’Amérique du Nord. Cette plante unique est traditionnellement utilisée pour soutenir et stimuler l’immunité du cheval. 

 

  • L’ail, Allium sativum. C’est le bulbe de cette plante qui est utilisé en phytothérapie pour l’alliicine qu’il contient. Il s’agit d’une substance soufrée dérivée de l’alliine. L’ail est également très riche en polysaccharides, sélénium et vitamines A, B, C et E. Il a de nombreuses propriétés, dont un effet préventif de la promotion cancéreuse. C’est dans ce but qu’il est utilisé dans la prise en charge d’une verrue. On utilise de la poudre d’ail, à raison de 15 à 20 grammes par jour, dans la ration du cheval. Il faut simplement être prudent si le cheval doit subir une chirurgie pour retirer le sarcoïde, puisque l’ail diminue la coagulation sanguine. En cas d’intervention chirurgicale, il faut donc arrêter le traitement plusieurs jours avant. [1]

 

  • Le thym, Thymus vulgaris, dont les parties aériennes sont utilisées en phytothérapie. Elles sont riches en acides phénols, flavonoïdes et thymol. Cette plante possède beaucoup de propriétés. Dans cette indication elle est utilisée pour son action anti-oxydante puissante, grâce au thymol et aux polyméthoxyflavones, ainsi que pour son rôle immuno-stimulant. On l’utilise en infusion, à raison de 50 grammes dans un à deux litres d’eau, matin et soir. [1]

 

En mélange de plantes :  

  • Fortimix. C’est un mélange unique de 9 plantes (ALGUES MARINES – BARDANE – CHARDON-MARIE – CHICOREE – CYNORRHODON – ECHINACEE – GAILLET-GRATTERON – GINKGO BILOBA – ORTIE) qui contribuent au développement des défenses immunitaires. Fortimix participe également au drainage de l’organisme et au renforcement de la flore intestinale.

 

[1] Thèse Accompagnement thérapeutique du cheval athlète par le pharmacien d’officine en phytothérapie, aromatérapie et homéopathie, par Mathilde Hepp

 

Remarque : si l’on ne souhaite pas utiliser d’huiles essentielles pures sur la verrue ou que le cheval y est trop sensible, on peut appliquer de la teinture mère de Thuya, tous les jours à l’aide d’une compresse sur la verrue. 

Synergie de produits internes/externes destinés au traitement des verrues et sarcoïdes chez le cheval par ESC Laboratoire