Faut-il donner du mash à son cheval : 4 bonnes raisons

Résumé

La nutrition du cheval est un sujet très complexe, qui dépend des besoins de chaque animal. Parmi les différents aliments utilisés pour les chevaux, le mash reste une option encore peu connue, mais traditionnellement utilisée depuis la fin du XIXe siècle dans les écuries de course. Ce repas cuit dans un grand volume d’eau offre […]

Sommaire

La nutrition du cheval est un sujet très complexe, qui dépend des besoins de chaque animal. Parmi les différents aliments utilisés pour les chevaux, le mash reste une option encore peu connue, mais traditionnellement utilisée depuis la fin du XIXe siècle dans les écuries de course. Ce repas cuit dans un grand volume d’eau offre de nombreux avantages pour la santé des chevaux, à condition de ne pas trop en abuser. 

 

Si vous envisagez de donner du mash à un cheval, voici tout ce que vous devez savoir sur ses bienfaits et comment l’utiliser correctement. 

 

Qu’est-ce que le mash pour les chevaux ?

 

La mash pour les chevaux fait référence à un aliment qui est trempé avant d’être donné au cheval. Les mash (ou purées en français) sont souvent fabriquées à partir de céréales (avoine, orge et/ou maïs), éventuellement complétées par du son de blé riche en fibres, de graines de lin riches en mucilages et d’autres ingrédients selon les recettes.

 

Historiquement, les mash de son destinés aux chevaux étaient donnés de manière occasionnelle après un travail plus dur, comme une journée de chasse, pour hydrater les chevaux et faciliter la récupération. En Angleterre, dont ils sont originaires, ils étaient distribués notamment en hiver pour éviter de trop chauffer les chevaux. Le son de blé et les graines de lin, par leurs propriétés légèrement laxatives, permettaient de réguler le transit intestinal.

 

Ces préparations ont pendant un temps perdu en popularité, notamment car leurs prétendus effets laxatifs ne sont que très peu étayés par les études scientifiques. Mais aussi parce qu’un changement soudain de régime n’est pas toujours souhaitable pour les chevaux car ils peuvent fragiliser leur flore intestinale. Et sans doute encore moins après une période de travail intense, période pendant laquelle le premier objectif devrait être de contribuer à la reconstitution des réserves d’énergie du cheval. 

 

Les mash pour chevaux ont également un rapport calcium/phosphore inversé et peuvent donc déséquilibrer l’équilibre nutritionnel de l’animal (ce qui peut néanmoins être compensé en fournissant d’autres sources de calcium). Cependant, comme il existe de meilleures alternatives disponibles, le son est tombé en disgrâce.

 

Il existe désormais sur le marché une large gamme d’aliments sous forme de mash pour chevaux. Ces nouvelles recettes sont généralement à base de fibres hautement digestibles comme la luzerne, les graines de lin, la betterave sucrière ou l’herbe. 

 

Pourquoi donner du mash à son cheval ?

En partant du principe que l’on va parler ici des nouvelles recettes de mash et non de sa version traditionnelle au son, voici les bonnes raisons d’alimenter son cheval en Mash. 

 

1. Reconstituer ses réserves énergétiques

 

Les chevaux particulièrement actifs, produisant un effort physique soutenu et prolongé, vont puiser dans leurs stocks d’énergies (issus des glucides alimentaires). Or cette réserve énergétique va déterminer la durée pendant laquelle le cheval peut soutenir cet effort intense, et la récupération qui s’ensuit. 

 

Le mash est un ingrédient intéressant pour permettre à votre cheval de reconstituer ses réserves en glycogènes musculaires, du fait de sa teneur en glucides (et plus précisément en amidon) apporté par les céréales. Il faura donc faire attention d’adapter la quantité apportée à votre cheval en fonction de son activité et de ses besoins.

 

2. Réhydrater le cheval

 

Le son de blé et les flocons de céréales que contient le mash sont aussi intéressants pour réhydrater le cheval après un effort intense et donc une perte d’eau par la transpiration. Ces derniers ont en effet la particularité de se gorger d’eau, ce qui permet au cheval d’ingérer des aliments hydratés. 

 

Mais les propriétés réhydratantes du mash sont aussi bénéfiques pendant les mois d’hiver, lorsque les chevaux passent de longues périodes à manger des fourrages conservés tels que le foin, qui ont une teneur en eau nettement inférieure à celle de l’herbe fraîche. 

 

Les chevaux sont également souvent réticents à boire lorsqu’il fait plus froid. Selon certaines recherches, ils auraient tendance à boire jusqu’à 14 % moins d’eau pendant les mois d’hiver, d’où l’importance de les aider à augmenter leur consommation d’eau via l’alimentation. 

 

Les voyages et les compétitions peuvent également augmenter le risque de déshydratation, ce qui peut compromettre à la fois les performances et la récupération du cheval. Sans compter que certains chevaux peuvent rechigner à boire lorsqu’ils ne sont pas dans un environnement familier. 

 

3. Faciliter le transit 

 

Comme on l’a vu, cette affirmation n’est pas vraie pour tous les types de mash. Cela dépend non seulement des matières premières utilisées (et de leur richesse naturellement en fibres), mais aussi de la quantité distribuée. Privilégier donc les mash riches en fibres végétales qui vont favoriser le transit. 

 

Les préparations à base de flocons de céréales rendront l’amidon plus accessible à la digestion enzymatique. Ils seront ainsi mieux digérés comparés aux grains de céréales entiers et non cuits.

 

Enfin, les mucilages apportés par les graines de lin vont agir comme un pansement intestinal et sont bénéfiques en cas d’estomac ou d’intestins sensibles.

4. Faciliter la convalescence d’un cheval malade

 

Le mash peut être intéressant pour réintroduire les concentrés après une période de convalescence (post-opératoire par exemple) où n’était nourri que de fourrages.

 

Il est également bénéfique pour les chevaux souffrant de problèmes dentaires et qui ont des difficultés à mâcher, ainsi que pour ceux présentant un appétit limité, notamment chez les chevaux affaiblis ou âgés.

 

Enfin, il peut être bénéfique pour les chevaux allergiques à la poussière.

 

Les précautions avant de donner du mash à son cheval ?

 

Le mash présente de nombreux bienfaits, à condition de respecter certaines conditions. D’abord, le mash doit toujours être utilisé en complément du fourrage. Très concentrée en amidon, cette préparation doit être donnée en quantité raisonnée et de manière espacée. Le mash doit de plus être le seul aliment concentré intégré dans le régime du cheval. 

 

Le mash ne doit pas être utilisé plus d’une fois par semaine pour des chevaux actifs et plus de deux fois par semaine pour les chevaux très sollicités (comme les chevaux de courses).

 

En cas de convalescence du cheval (et pour l’aider à prendre une alimentation normale), sa durée de distribution doit être restreinte à la période de convalescence et s’arrêter lorsque le cheval est à nouveau en bonne santé. 

 

Attention également aux chevaux sensibles aux pathologies provoquées par un excès d’amidon comme la fourbure. Cela vaut également pour ceux qui souffrent de myosites récurrentes. 

 

Pour finir, et pour des raisons sanitaires, il est préférable de donner le mash au maximum dans les 24h suivant sa préparation.

 

Verdict : faut-il donner du mash à ses chevaux ?

Retenez que le mash est une alternative intéressante à un repas à donner à son cheval pour lui permettre de reconstituer ses réserves en énergies et en eau, en plus de ses bienfaits sur le transit intestinal. Il est cependant essentiel de ne lui en donner qu’une fois par semaine et de maîtriser la quantité distribuée qui doit être adaptée à chaque cheval et notamment à son activité.

Quels sont les bienfaits du MASH pour les chevaux ?

Notre laboratoire vous propose Phytomash, un mash gourmand prêt à l’emploi à base de flocons très digestibles et de graines de lin émollientes enrichi avec de l’ortie aux propriétés détoxifiantes. Notre mash soutiendra la récupération et favorisera la réhydratation de votre cheval.